French Cavalier King Charles > site > edito > on veut nous faire taire

Pour une fois, l'édito n'est pas de moi...

On veut nous faire taire

Lettre ouverte aux commanditaires de l'avocat marseillais

(13 janvier 2006)

Pour certains, tout ce qu'ils font est bien, non contestable, non critiquable, même s'ils ont des réflexes de dinosaures.

Au même titre que d'autres sont demeurés longtemps pétrifiés dans leurs certitudes périmées sur le plan scientifique, il semblerait que certains veuillent imposer un système de référence où la critique serait interdite jusqu'à ce que les évidences leur donnent tort.

Ne pas être d'accord avec la ligne officielle, c'est commettre un péché. Critiquer est un blasphème qui ne peut appeler que l'enfer et des jugements définitifs.

Ce qui est dit sur ce site est avant tout informatif, largement plus qu'un autre (officiel).

Mais notre critique est considérée comme dénigrement et attaques.

C'est à se demander si certains connaissent la notion de liberté d'expression.

Donc un petit rappel en ce qui concerne l'atteinte à la liberté d'expression...

CODE PENAL
(Partie Législative)

Article 431-1

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

   Le fait d'entraver, d'une manière concertée et à l'aide de menaces, l'exercice de la liberté d'expression, du travail, d'association, de réunion ou de manifestation est puni d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende.
   Le fait d'entraver, d'une manière concertée et à l'aide de coups, violences, voies de fait, destructions ou dégradations au sens du présent code, l'exercice d'une des libertés visées à l'alinéa précédent est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.

Et comme avant il y avait eu un très sérieux problème d'atteinte au secret des correspondances et, en plus, destruction ou altération de preuves.

CODE PENAL
(Partie Législative)

Article 226-15

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

   Le fait, commis de mauvaise foi, d'ouvrir, de supprimer, de retarder ou de détourner des correspondances arrivées ou non à destination et adressées à des tiers, ou d'en prendre frauduleusement connaissance, est puni d'un an d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.
   Est puni des mêmes peines le fait, commis de mauvaise foi, d'intercepter, de détourner, d'utiliser ou de divulguer des correspondances émises, transmises ou reçues par la voie des télécommunications ou de procéder à l'installation d'appareils conçus pour réaliser de telles interceptions.

CODE PENAL
(Partie Législative)

Article 434-4

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

   Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende le fait, en vue de faire obstacle à la manifestation de la vérité :
   1º De modifier l'état des lieux d'un crime ou d'un délit soit par l'altération, la falsification ou l'effacement des traces ou indices, soit par l'apport, le déplacement ou la suppression d'objets quelconques ;
   2º De détruire, soustraire, receler ou altérer un document public ou privé ou un objet de nature à faciliter la découverte d'un crime ou d'un délit, la recherche des preuves ou la condamnation des coupables.
   Lorsque les faits prévus au présent article sont commis par une personne qui, par ses fonctions, est appelée à concourir à la manifestation de la vérité, la peine est portée à cinq ans d'emprisonnement et à 75000 euros d'amende.

Donc, en clair, vous arrêtez vos conneries et vos menaces ou il va falloir prévoir un budget "oranges".

Jean-Michel RAVINA

sommaire edito
precedent

 

Ce site est hebergé par Eur'Net ( ) ses emails sont protegés par la solution de sécurité antivirus et anti intrusion Kaspersky - ( )