Lou, mon ange,

mon premier, mon unique... Tu es parti lundi en laissant derrière toi un vide immense.

Tu as été mon premier chien, quand j'étais étudiante, tu es vite devenu la mascotte de l'école par ta gentillesse.

Nous avons connu ensemble notre première expérience d'agility et tu m'en as fais voir de belle, sur les parcours !.. Au fil du temps, tu es devenu un chien appliqué, pas très rapide mais tellement rigoureux et sûr de toi qu'on prenait ensemble un plaisir immense à enchaîner les parcours les plus techniques avec une facilité déconcertante... 7 ans de boulot, ça s'y connaît !.. Nous n'avons jamais été champion, quelle importance !.. Notre plaisir à nous était d'aller nous entraîner ensemble, un petit concours de temps en temps pour vérifier que nous n'avions pas perdu la main et pour l'ambiance si caractéristique suffisait à notre bonheur.

Doux, tendre, câlin, tu as réconcilié nombre de personnes qui avaient peur des chiens avec la gente canine. Tu m'as également accompagné de ta douceur, de ta présence rassurante au long des étapes importantes de notre vie, pour ma grossesse, pendant laquelle tu aimais à t'installer près de moi sur le canapé, la tête posée sur mon ventre, levant les oreilles, surpris et me regardant, bienveillant quand un petit coup de pied coquin venait troubler ton sommeil; pour l'arrivée du bébé, sur qui tu veillais tranquillement, couché non loin et à qui tu passais tous les caprices; pour mon divorce et la période trouble qui a suivi, pendant laquelle tu m'as aidé à retrouver mon équilibre; pour tous ces instants de joie ou de peine que nous avons traversé ensemble.

Mais tu étais un Cavalier... et comme nombre d'entre eux, tu souffrais d'endocardiose mitrale. Je gérais pourtant, t'évitant la chaleur, les efforts trop intenses, un suivi régulier mais inexorable, elle est apparue pour tes 5 ans. Nous avons commencé à nous battre ensemble. Les chaleurs de l'an dernier, malgré mes efforts pour te garder à l'abri, ont nettement fait progresser ta maladie. Tu avais 8 ans. Cette saleté de maladie a progressé malgré tous nos efforts, en décembre, tu as fait ton premier œdème pulmonaire... Nous avons tenu jusqu'au 10 mai... Mais plus rien ne te soulageait. Je ne pouvais pas te laisser souffrir ainsi, ma perle. Ta valve mitrale n'assurait plus son rôle, une partie des cordages ayant lâché, tes reins commençaient à présenter des signes de fatigue, tes poumons étaient saturés d'eau, tu te noyais à chaque inspiration... Nous t'avons offert de la viande à tous les repas, une dernière balade seul avec nous, sans tes frangins à 4 pattes, rien que nous, à nouveau "chien unique" puis je t'ai emmené chez le vétérinaire. Il a tenté une nouvelle fois de te soulager, sans succès ; aussi, il a bien fallu se rendre à l'évidence. Tu avais capitulé déjà quelques jours auparavant, je l'avais vu à ton regard. Tu étais content quand je t'appelais pour te soigner et même lorsque l'on entrait chez le vétérinaire : "ils vont me soulager !"... Nous l'avons fait une dernière fois et tu t'es endormi dans mes bras... Enfin apaisé...

Ce que nous venons de vivre ensemble, je ne le souhaite à personne, humain ou canin. Mon amour s'est envolé. Il avait 8 ans 1/2... 54 ans de notre échelle... Et pourtant, pas mal pour un Cavalier. D'autres n'ont pas cette "chance".

Sa maladie est génétique, elle s'appelle "endocardiose mitrale" ou "MVD" pour "Mitral Valve Disease". On la dit éradiquée en France, pourtant les dernières thèses (25 mars 2004) ne font pas état du même constat...

Amis éleveurs, propriétaires qui voulaient faire reproduire votre chien, je vous en prie, réfléchissez ! Ne prenez pas le risque d'être responsable de telles souffrances : faites tester par échographie vos compagnons avant de les faire reproduire, renseignez-vous sur l'état de santé des parents, assurez un suivi et surtout, surtout : arrêtez de faire reproduire des chiens atteints !

sommaire edito
precedent

Ce site est hebergé par Eur'Net ( ) ses emails sont protegés par la solution de sécurité antivirus et anti intrusion Kaspersky - ( )