Nougatine de la Goëlette

Rien ne lui aura été épargné à cette Ckcette de 10 ans qui ne demande qu’à être heureuse.

J’ai adopté, en 2003, Nougatine de la Goëlette à l’âge de 6 ans. Ma puce était dans un triste état (encore qu’une éleveuse avait déjà fait un gros boulot de nettoyage et surtout d’apprentissage), mais elle avait surtout de grosses difficultés à se déplacer. Au début, notre véto avait décelé un problème de rotule qu’il fallait opérer dès que Nougatine serait en état de supporter l’anesthésie.

Nous avons commencé donc, dans un premier temps,  par passer une écho cardiaque : Stade 1.
Puis l’opération de la rotule. Malheureusement, mis à part que la rotule est maintenant en place, rien n’avait changé dans sa façon de se déplacer. Nougatine n’a jamais réussi à monter ou à descendre seule du fauteuil.
Ma véto m’a ensuite parlé que cela pouvait provenir des hanches et qu’on pourrait éventuellement opérer, mais, là, elle et moi avions conclu que Nougatine vivait paisiblement et pas question de l’embêter encore avec une anesthésie et une convalescence plus ou moins importante. J’ai donc adapté nos ballades : raccourcies ou dans son panier.

Lors des brossages hebdomadaires, j’avais remarqué que Nougatine battait de la patte arrière à chaque fois que je passais derrière les oreilles…

L’année dernière, Nougatine a commencé des crises un peu bizarres : en plein nuit, elle se mettait à aboyer, elle était couchée sur le flanc, raide et les pattes antérieures recroquevillées. Au début, 2 avec un intervalle de 6 mois environ, puis c’était devenu mensuel, voire hebdomadaire. Notre véto n’arrivait pas à diagnostiquer ce qui provoquait ses crises. Devant le rapprochement de ces crises, nous sommes donc allées consulter un vétérinaire spécialiste en neurologie, c’était le 10 août 2007. A ma description des symptômes, ce vétérinaire nous a indiqué qu’il s’agissait de crises d’épilepsie.

J’en ai profité pour lui parler de ces grattages près des oreilles et que grâce au site fckc, je soupçonnais une syringomyélie. Il m’a donc proposé de lui passer un IRM. J’ai hésité quelques instants, l’état de son cœur s’étant dégradé en 6 mois pour passer du stade 1 au stade 3 de la MVD. Il m’a rassuré en m’informant qu’elle serait endormie par gaz. Nougatine s’est endormie dans mes bras et l’attente a commencé.

Le verdict est arrivé, il a commencé par me rassurer pour me dire que ma puce était en train de se réveiller, mais…. Et au vu de sa tête, j’ai compris que Nougate était atteinte, mais je ne m’attendais pas à cette conclusion : Mise en évidence d’un engagement cérébelleux et d’une hydo-syringomyélie majeure de C2 à C6 parfois entraînant une disparition de la moelle à plus de 80%. Il n’avait jamais vu un cas pareil et se demandait comment elle faisait pour marcher encore…

Ma puce est une battante, je la préserve de tout encore plus qu’auparavant.

Elle est maintenant sous corticoïdes 1 jour sur 2. Parfois, elle souffre beaucoup, alors on augmente la dose.
Mise à part les grattages d’oreille et sa boiterie, Nougate n’a jamais hurlé de douleur.
Merci Isabelle de permettre ce témoignage sur le site fckc. Encore un combat à mener…

IRM de Nougatine

Ce site est hebergé par Eur'Net ( ) ses emails sont protegés par la solution de sécurité antivirus et anti intrusion Kaspersky - ( )