Thèse 2006 - soutenue en mars 05 par Pierre Serfass, sous la direction du Pr. Chetboul

(Source : Journal of Veterinary Cardiology)

Etude rétrospective sur 942 chiens de petite race : prévalence du souffle cardiaque systolique gauche et affection du côté gauche du coeur, effets critiques de la race et du sexe

Auteurs : Pierre Serfass, Valérie Chetboul, Carolina Carlos Sampedrano, Audrey Nicolle, Thierry Benalloul, Hervé Laforge, Christophe Gau, Carole Hébert, Jean-Louis Pouchelon et Renaud Tissier

Cette thèse a été soutenue à Maisons-Alfort par Pierre Serfass. Elle a reçu la mention très honorable et de plus a été proposée
pour un prix.

L'étude porte sur les 6 races les plus populaires en France : Yorkshire Terrier, Bichon Maltais, Dachshund (Teckel), Poodle (Caniche), Lhassa Apso et Shi Tzu.

Les résultats montrent que parmi ces 6 races, le teckel et le caniche sont plus touchés. Cependant, la forme de l'affection chez ces 6 races est cohérente.

En revanche, lorsqu'on compare les résultats obtenus sur ces 6 races avec ceux obtenus en 2004 lors de la précédente thèse, on constate que :

  • le CKC est largement plus touché que les autres chiens de petite race étudiés. Il présente un taux de prévalence près de 2 fois plus important que celui du caniche ou du teckel, 2.8 fois plus important que le taux de prévalence moyen sur ces 6 races.
  • l'évolution de la maladie chez le CKC est beaucoup plus rapide que dans les autres races, chez qui en général, l'affection est relativement bien compensée, avec une évolution lente.

Le Dr. Serfass m'a contacté pour apporter quelques précisions au résumé du résumé précédent... J'en ai profité pour lui demander de nous livrer son propre article, que voici :

Une étude rétrospective a été menée en Ile-de-France sur 1088 chiens appartenant à sept races de petit format : 185 Bichons, 185 Caniches, 185 Shih Tzu, 185 Teckels, 185 Yorkshire terriers, 137 Lhassa Apso et 26 King Charles (ces deux races à moindre effectif étant moins faciles à recruter).

L’influence de divers facteurs sur la prévalence du souffle systolique apexien gauche (SSAG : souffle typique de l’endocardiose mitrale) et la gravité de l’atteinte par l’endocardiose mitrale a été étudiée sur un échantillon rassemblant les six premières races. La fréquence du SSAG au sein de cette population multiraciale était de 14,4%. Elle augmentait progressivement avec l’âge (comme observé dans toutes les études sur l’endocardiose), était 1.9 fois supérieure chez les mâles (comme montré par certaines études chez le Cavalier King Charles et d’autres races) et ces deux observations étaient statistiquement très significatives. Le poids corrigé en fonction de l’âge n’influençait ni la fréquence globale, ni la vitesse d’apparition du SSAG en fonction de l’âge. Il en allait de même pour la stérilisation, hormis le fait que parmi les femelles âgées de plus de 12 ans, celles entières étaient plus fréquemment atteintes que celles stérilisées.

Chez le King Charles, la fréquence du SSAG (8 sur 22 animaux retenus soit 36%) semblait similaire à celle caractérisant son proche parent le Cavalier King Charles, et ces deux races étaient nettement plus fréquemment atteintes que chacune des six autres races étudiées. L’âge auquel 15% des KC présentaient un SSAG semblait compris entre 1 et 2 ans, et celui auquel 50% étaient atteints semblait compris entre 4 et 6 ans.

Le classement racial suivant a été proposé, par précocité et fréquence croissantes du SSAG :

Lhassa Apso et Yorkshire terrier < Bichon et Caniche < Shih Tzu et Teckel << CKC et KC

Parmi les animaux présentant un SSAG (King Charles exclus), la gravité de l’atteinte augmentait significativement avec l’âge mais n’était liée ni au sexe, ni à la surcharge pondérale.

Pour les races au sein desquelles les données le permettaient, il a été constaté que la gravité de l’expression de la maladie pouvait être classée ainsi:

Teckel < Bichon et Shih Tzu < Caniche

En conclusion, ces observations suggèrent fortement l’existence d’un déterminisme génétique de l’endocardiose mitrale. Le dépistage échographique précoce de cette maladie chez les reproducteurs est ainsi primordial pour l’amélioration du King Charles comme du Cavalier King Charles, mais ne semble pas utile pour les autres races canines étudiées.

Téléchargez la thèse dans son intégralité

Retourner à la page précédente

Ce site est hebergé par Eur'Net ( ) ses emails sont protegés par la solution de sécurité antivirus et anti intrusion Kaspersky - ( )